La truffe et le foie gras sur la scène du Trophée Jean Rougié

La fête de la truffe, qui se tient chaque année à Sarlat, n’est pas un rendez-vous comme les autres. En effet, les Maisons Rougié et Pébeyre, membres fondateurs de l’Académie Culinaire du foie gras et de la truffe, ont décidé de créer un événement devenu désormais incontournable depuis 2010 : le Trophée Jean Rougié.

Ce rendez-vous culinaire lance le défi à une sélection de cuisiniers venus de la France entière (sélectionnés sur dossier) de magnifier deux produits nobles, emblématiques de notre gastronomie française : le foie gras et la truffe. Il est donc question de mettre en lumière les produits traditionnels du Périgord, en faisant preuve de créativité. Face à eux, un jury d’experts, composé de chefs étoilés et des Bocuse d’or, d’argent ou de bronze.

C’est ainsi que le 20 janvier dernier, 8 jeunes talents sont venus défendre leur vision de la cuisine en présentant des assiettes uniques devant le jury, présidé cette année par Régis Marcon, Bocuse d’Or 1995 et chef 3 étoile du Restaurant le Clos des Cimes (Saint Bonnet-le-Froid).

Deux épreuves composaient le Trophée :

  • Une première assiette avec un aspic de foie gras, garni de truffe noire du Périgord et accompagné au choix d’un poisson, crustacé ou viande.
  • Une seconde épreuve avec une recette imposée par Jean-Luc Danjou, Meilleur Ouvrier de France et Directeur Technique de l’École du Foie Gras Rougié, composée d’une escalope de foie gras en deux cuissons sauce Maury et accompagnée de polenta truffée et chips d’artichaut.

Suite à cette journée riche en émotions, l’heureux élu a été proclamé et cette année, il se nomme James Bott. Ce jeune homme prometteur est âgé de 22 ans et évolue à l’École des métiers du lot de Cahors pour valider son Brevet professionnel. Il est coaché par son professeur Dominique Campergue.

Cette 9ème édition du Trophée a aussi été teintée d’une émotion particulière puisqu’elle a été l’occasion de rendre un ultime hommage à Paul Bocuse, le « pape de la gastronomie ». Les 13 membres du jury ont ouvert le concours sur une minute de silence, pour rappeler à quel point ce cuisinier inégalable a marqué leur vie. Il était une source d’inspiration inépuisable et restera dans l’esprit de chacun des cuisiniers de France.