Lancement du livre des Meilleurs Ouvriers de France Tome 3

Extrait du Livre :

« Il est exceptionnel de trouver réunis dans un même ouvrage autant de talents.

Avec générosité, ce sont plus de 90 Meilleurs Ouvriers de France qui partagent ici leurs recettes, leurs témoignages et leurs complicités avec des chefs d’ailleurs.

Ces cuisiniers, pâtissiers, glaciers, chocolatiers, boulangers, charcutiers-traiteurs, bouchers, fromagers, poissonniers, primeurs, maîtres d’hôtel et sommelier, constituent l’élite des métiers de bouche et de la restauration en France.

Ils sont des modèles, des ambassadeurs du savoir-faire et du patrimoine gastronomique français. Mais avant tout, ce sont des femmes et des hommes passionnés, animés par le désir de faire plaisir.

Louis Le Duff, Président et Fondateur du Groupe Le DUFF, vous invite à déguster chaque page de cet ouvrage, sans retenue, à la découverte de saveurs et d’histoires exceptionnelles. »

Louis Le Duff

Pourquoi ce livre ?

Cet ouvrage fait suite aux deux tomes déjà publiés en 2009 et 2010 dans lesquels étaient réunis des recettes de Meilleurs Ouvriers de France. J’en avais pris l’initiative car depuis toujours je partage les valeurs fondamentales de ces artisans, qui visent l’excellence par le geste et le travail de la main. J’ai une immense admiration pour ces hommes et femmes aux caractères bien trempés, qui ont conquis leur titre seuls –bien qu’épaulés par leurs pairs et maîtres- et qui incarnent le savoir faire et l’art de vivre à la française. Ils doivent leur succès à leur travail, et je me reconnais dans ce goût de l’effort et du travail bien fait. Enfin, puisqu’il s’agit essentiellement dans cet ouvrage de métiers de bouche, j’y retrouve mon amour pour le patrimoine culinaire français, les terroirs et les produits de qualité.

Quelles sont les nouveautés apportées à ce livre par rapport aux précédents ouvrages ?

En premier lieu, nous y trouvons des Meilleurs Ouvriers de France qui ont obtenu leur titre ces dernières années. Puis au delà des recettes, nous avons voulu présenter les témoignages de certains d’entre eux afin de mieux cerner leurs personnalités hors-norme et comprendre le chemin qu’ils ont parcouru pour accéder au titre suprême de leur profession. Enfin, ces mêmes chefs ont choisi de nous présenter un de leur confrère établi à l’étranger, MOF ou non, français ou non, ce qui ouvre une fenêtre sur l’international et montre la diversité et la richesse de ceux qui partagent une même passion pour la cuisine. Dans cet univers, il est important que chacun préserve son identité et c’est aussi le rôle d’un tel livre que de promouvoir notre patrimoine culinaire, qu’il soit traditionnel ou contemporain. C’est aussi ce que nous souhaitons faire à travers nos entreprises en particulier avec BRIDOR qui quotidiennement et partout dans le monde diffuse, grâce aux produits de boulangerie et de viennoiserie, un peu de cette identité française. Ce rayonnement existe aussi grâce aux Meilleurs Ouvriers de France avec lesquels nous collaborons dans l’élaboration de nos produits. Avec eux nous désirons chaque jour être fiers de la qualité de nos produits.

Gérard Rapp

Que représente ce livre pour la Société des Meilleurs Ouvriers de France?

Les métiers de bouche ont le vent en poupe. Ils ont conquis les médias et le public ; le phénomène est planétaire. Nous sommes fiers qu’ils servent de locomotive à la Société, ils contribuent grandement à notre visibilité mais ce ne sont pas les seuls. Ce livre par exemple représente plusieurs savoir-faire qui se conjuguent. En tant qu’imprimeur je ne peux pas dire le contraire ! Il y a le plaisir de le feuilleter, de sentir l’odeur de l’encre et du papier. L’ouvrage a encore un avenir face au virtuel, même si l’on sait qu’il est impossible de contrer les avancées technologiques.

Quel futur donc pour cette Société ?

Cette accélération du progrès n’est pas incompatible avec le travail de l’ouvrier. C’est un mot qui a un sens. C’est celui qui avec son talent transforme une idée de ses mains. Il faudrait une égale considération entre la formation académique et professionnelle. Nous n’y sommes pas encore mais je pense que c’est le rôle d’un MOF que de donner le goût du savoir-faire aux futures générations et d’accompagner les nouvelles disciplines du XXIe siècle. Ce concours a été créé pour donner de la considération au travail manuel. Nous sommes toujours porteur de cette vocation, comme l’ont été Lucien Klotz, à l’origine de ce concours, René Petit, créateur de l’association, comme l’est aujourd’hui Louis Le Duff qui met en valeur le travail des MOF. Nous n’occultons pas le passé mais devons suivre le progrès qui n’est d’ailleurs pas le même pour un cuisinier que pour quelqu’un qui travaille dans le secteur industriel ou de la high-tech. Le titre de MOF est l’image de l’excellence, une exception française qui doit conserver son leadership en France et à l’étranger. Un métier qui se perd est un deuil pour nous. Nous ne pouvons pas sauver ce qui n’est plus dans l’air du temps, mais nous pouvons accompagner l’évolution. L’essentiel est de reconnaître la pluralité et l’égalité entre les voies de l’excellence et en cela, nous aurons toujours un rôle à jouer.